paranormal-45


Parlez de vos expériences paranormale, de vos recherches aussi, n'ayez pas peur (fantôme, esprit, revenant, légendes, mystère, ovnis,etc....)
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» cas d'école
Ven 24 Mai - 0:07 par shirogami

» Ghost bait
Dim 5 Mai - 20:39 par shirogami

» Evil dead
Mer 20 Fév - 22:41 par shirogami

»  L'UNIVERSITÉ DE L’ÉTRANGE
Jeu 24 Jan - 6:58 par micka45

»  Ghost Adventures
Mer 23 Jan - 6:56 par micka45

»  Zone paranormale
Mer 23 Jan - 6:52 par micka45

» Broyeur d'os
Mar 22 Jan - 6:55 par micka45

» the prophecy
Lun 21 Jan - 22:38 par micka45

» UFO video filming on the moon in 2013
Dim 20 Jan - 23:11 par micka45

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Météo
Sondage
Meilleurs posteurs
micka45
 
Kim
 
Miu
 
shirogami
 
CARBO
 
Quileute974
 
Alan
 
jeny45
 
morgan
 
selest
 

Partagez | 
 

 L' Ouroboros

Aller en bas 
AuteurMessage
micka45
Admin
avatar

Messages : 629
Points : 1104
Réputation : 1
Date d'inscription : 26/09/2010
Age : 39
Localisation : Orléans la source

MessageSujet: L' Ouroboros   Jeu 14 Juil - 12:42

[img][/img]
Vu sur http://www.alchemica.it
Louis Charbonneau-Lassay
L' Ouroboros
[ tratto da "Il Bestiario del Cristo" - Edizioni Arkeios ]
(extr. du “Bestiaire du Christ" - Éditions Arkeios, it.)
I - L'Ouroboros
C’est un serpent incurvé jusqu'à former un cercle complet qui tient l'extrémité
de sa queue dans sa bouche. Son nom dérive de cette particularité ; en effet en grec
oura signifie "queue" et boros veut dire "dévorant" d’où "qui dévore sa queue" ;
quelques auteurs se sont servis du mot grec Ouroboros ou du terme greco-latin
ourovorax.
Les anciens Grecs empruntèrent cet emblème [dit-on] aux Égyptiens lesquels,
selon le témoignage d'Olympiodore et de Plutarque, le reliaient aux manifestations
sidérales dont nous parlerons plus avant et ils lui avaient conféré diverses significations
métaphysiques qui semblent considérablement s’être amplifiées dans le cours des
siècles. Ensuite, les Romains l'adoptèrent ains que diverses sectes chrétiennes et
hérétiques, les Gnostiques, les Ophites, mais nous ne savons pas exactement avec
quelle signification. Pendant le haut Moyen-Âge les alchimistes, les hermétistes et
ensuite les héraldistes religieux et nobiliaires l’utilisèrent jusqu'à nous.
II - L'Ouroboros et le temps
La signification la plus connue qui fut attribuée par les Anciens à l'Ouroboros est
son rapport au Temps, au temps qui – seulement avec Dieu* n'a ni commencement ni
fin, puisqu'il n'est autre que le fil avec lequel est tissée l'Éternité. L'Ouroboros, formé
en cercle, soudé par la pression de ses mâchoires aux deux extrémités de son corps, est
tout un, sans solution de continuité ; en réunissant en lui début et fin, il est entré en
possession de ce qui est vraiment les choses eternelles.
Les Égyptiens le reliaient au chemin céleste des astres qui règlent nos saisons et
nos ans, divisions qui nous permettent de mesurer la course irresistible du temps ou,
comme le dit Virgile, "la fuite infaillible du temps".
Toutefois, il semble que la signification initiale de l'emblème Ouroboros se référait
surtout à la perpétuité cyclique, à l’inéluctables et régulier renouvellement des cycles,
1
dand leur succession ininterrompue qui forme l'éternité.
Il est probable qu'aux yeux des Anciens, ces renouvellements furent représentés
par cette caractéristique qu’ont les serpents de changer périodiquement de peau,
puisqu'ils croyaient qu'en faisant "peau nouvelle", le reptile rénovait même sa propre
vie. Tertullien l'explique ainsi : « le serpent, dit-il, change de peau et d’âge qui lui
viennent de la nature. Dès qu'il a perçu la vieillesse, il s’enferme dans un étroit
passage, il y laisse une peau rugueuse pendant qu'il se glisse dehors et, s’étant
dépouillé, il ne sort de sa caverne que s’il est brillant et rajeuni. »
L a m y th ologie gréco-romaine, et l'imagerie dont elle se servit, firent de
l'Ouroboros l'attribut du dieu Saturne/ Kronos, fils de Coelus, qui représentait le Temps
et que les Grecs appelaient Chronos ; il est représenté par l'image d'un vieillard qui
tient dans la main droite une faux et dans l'autre l'Ouroboros, parce que, dans la fuite
des ans, la fin du mois de chaque année rejoint le premier du mois suivant, ainsi que se
reconnectent tête et queue du serpent circulaire. Et, grâce à cette considération cet
emblème s'approche du mythe de Janus dont le crâne unit les deux images du futur et
du passé, représentant le profil d'un adolescent et d'un vieillard. Leurs perpétuelle
union symbolise l'éternité.
Sur un autre plan, quelques philosophes comme Alcmon ont appliqué l'emblème
de l'Ouroboros non seulement à la perpétuité cyclique, mais aussi à celle de l'âme
humaine.
III - L'Ouroboros et le mouvement
La seconde signification de l'Ouroboros auprés des Anciens fut de symboliser le
mouvement et la perpétuité de la force qui l'actionne, non seulement parce qu’il est
courbé en cercle et peut rouler comme la roue ou comme le cerceau d'un enfant, mais
surtout parce que le serpent, naturellement privé des membres dont sont doués les
autres animaux, bouge de toute façon comme eux, et avec une telle rapidité, grâce au
seul jeu interne de ses flancs et de ses plaques ventrales, jeu qui se traduit dans une
séquence d'ondulations latérales et propulsives. Cette puissance intérieure et
automotrice le fit considérer par les Égyptiens comme l'image du mouvement
cosmique, du chemin des astres dans l'espace, et par conséquent de la course du temps
et de la succession ininterrompue de ses phases. C’est sûrement en considérant sa
forme circulaire que Plutarque affirma que les Égyptiens comparaient le serpent aux
astres. Lorsque l'Ureus sacré, la vipère Haje, se courbe en cercle sur la tête du faucon
de Ra ou sur celui d’Horus, lessoleil levant représente le retour de cet astre et son
départ diurne pour une brillante carrière ; mais alors la tête et la queue du reptile sacré
sortent hors de la ligne du cercle : il n'est plus strictement l'Ouroboros.
Q ue lq ue fois nous le retrouvons, malgré l’écoulement des siècles, sur des
gnomons relativement récents où il emprisonne dans son cercle les heures qui
marquent la course du soleil. Nous le voyons sur un cadran d'ardoise de 1625, où sa
voix rappelle à l'homme le peu de résistance de sa vie à l'action du temps mesuré par
les heures : Memento quia pulvis es, "rappelle-toi que tu es poussière !"
Aujourd'hui, nous semblons vraiment être autorisé à croire qu'en certains milieux
du monde ancien l'Ouroboros était même l'image du mouvement du sang dans le
corps humain. Cette circulation, qui est une fuite et un retour, aurait été connue
longtemps avant Harvey (1578-1658) qui, mieux qu’aucun autre avant lui, en expliqua
le mécanisme.
2
IV - L'Ouroboros et le renouvellement de la vie
L a signification plus ésotérique de l'Ouroboros part de cette légende, chère aux
Anciens, selon laquelle "le serpent jouit d'une longévité sans pair, rajeunissant en
vieillissant, et renaissant même dans l'instant où se poursuit sa croissance etoù il devrait
commencer son déclin". En réalité, son nom indique qu’il se nourrit de sa chair même
: Boros-Oura, "dévore sa queue" ; ainsi c’est avec sa propre substance que le serpent,
selon la vieille fable, se reconstitue dans la mesure où l'usure du temps et de la vie
agissent sur lui. Les paysans français assurent en certaines province, que si on coupe le
corps d'un serpent entre l'extrémité de la queue et les organes de fonctions vitales, la
partie détruite repoussera toute seule et se reconstitue dans son état primitif. Je ne sais
pas si ce fait est réel chez les serpents, mais il l’est indiscutablement dans les sauriens
comme le lézard des murailles. Les Anciens ont donc pu croire à la présence, dans la
queue des reptiles, d'un principe vital et reconstituant que le serpent absorberait et
assimilerait, au bénéfice de la longévité de son existence, en mordant l'extrémité de sa
queue. Cette renaissance a même fait de l'Ouroboros dans le monde ancien, l'emblème
de la perpétuité du renouvellement de la vie, "de “l'éternel retour des choses”.
V - Le Gardien de l'infini
La ph ilosophie et l'emblématique d'autres temps voyaient le cercle comme
l'image de l'Univers, du Cosmos infini qui renferme en lui la Divinité et toutes ses
oeuvres. Maintenant, comme avant eux les plus vieux mythes du monde l’avaient faits
du serpent - et du dragon* qui n'est autre qu’un serpent hybride et monstrueux - le
gardien né des trésors de n'importe quelle nature, les savants rapprochèrent le nom du
serpent Ouroboros de l'autre mot grec ouros qui indique en même temps le gardien
des trésors, le sauveur et le chef ; ils transposèrent l'idée d'infini de l'intérieur du
Cercle, à celui du serpent circulaire en y déposant ainsi n'importe quoi sous sa garde.
Nous trouvons la persistance de ce thème par les alchimistes grecs du Moyen
âge ; cela nous est prouvé par un manuscrit byzantin du XIème siècle, qu'on trouve
aujourd'hui à San Marco de Venise, dans lequel, dans le capitole sur la Chrysopea de
Cléopatre, est représenté le cercle irrégulier et naïvement tracé de l'Ouroboros avec
l'inscription En to pan, "Tout en Un".
Et c ela s’accorde avec ce qu’Olympiodore dit des anciens hiéroglyphes des
Égyptiens qui, en voulant « représenter l'univers sur les monuments ou l'exprimer en
caractères sacrés, ont gravé le serpent Ouroboros. »
Ainsi, comme l'amphisbène [ndt 1], cet Ouroboros des alchimistes, est moitié noir
et moitié blanc.
VI - L'Ouroboros dans les premiers temps du christianisme
C hargé depuis les âges lointains des significations dont nous avons énuméré les
principales, l'Ouroboros devint immédiatement la proie des premiers hérétiques connus
au sein de l'Église chrétienne ; ils lui attribuèrent encore des significations variées, en le
contrastant très nettement avec les dogmes chrétiens.
C ’est surtout les Gnostiques qui employèrent le symbole de l'Ouroboros : il se
trouve sur nombreux “abraxas” qu'ils nous ont laissé, associés à des lettres ou à des
1 Amphisbène : est un réptile symbolique qui a une tête de chaque coté. Très pratique pour ressortir
d’un trou...
3
signes que des savants auteurs tel Chiffet, Cheveux, Gori, ont traduit ainsi : le Violent -
Pensée - Dieu - Cercle - Prudent - Maladetto - a excité - Je suis - du Désir - la
Couronne - Jamais - Mon Roi - ma Force - Soleil - fort- Michel - Image de Dieu...
toutes ces expressions enigmatiques ne nous révèlent absolument pas la signification de
l'Ouroboros très souvent représenté par les Gnostiques. Nous savons seulement qu'ils
lui conservèrent la signification d'emblème du cycle annuel, du mouvement et du
renouvellement de la substance dans un sens panthéiste que la doctrine chrétienne
désapprouva.
Da ns la Pistis Sophia [sagesse confiante], oeuvre alexandrine généralement
attribuée aux Gnostiques des valentiniens, mais que certains considèrent comme
l'oeuvre des Ophites, le corps du serpent mystérieux est divisé en douze parties, en
douze "éons" correspondants aux douze mois du cycle annuel.
L a présence à l'intérieur de l'Ouroboros d'emblèmes primitifs et indiscutés du
Christ, a porté à croire que le serpent-cercle fut auprés des Gnostiques un des
symboles de Jésus Christ. c’est possible, mais absoluement rien nous le prouve. Par
exemple, l'Ouroboros gravé sur pierre que Bernard Picard attribue aux Gnostiques
Baslidiens : nous voyons l'étoile [ndt 2 mono-graphique du Christ, formée par la
superposition de l'iota I de IESUS, et du (khi) X de XRISTOS, et ce monogramme est
couché ; mais les autres caractères restent enigmatiques.
I l semble plus sûr que les Gnostiques, avec Olympiodore et les Anciens, ont vu
dans l'Ouroboros l'image de l’Agatodaimon, le “bon génie” qui aide et qui sauve ; et
peut-être est-ce pour ce motif qu'ils le rapprochèrent du Sauveur des hommes. Le
grand usage que ces hérétiques firent de son image empêcha les symbolistes
orthodoxes des premiers temps du christianisme d'utiliser ses représentations dans l'art
décoratif des catacombe, et s'il apparut plus tard dans l'imagerie chrétienne, on ne le
généralisa jamais.
VII - L'Ouroboros chez les Alchimistes
Au temps des premiers empereurs romains, l'État d'une part et l'Église*
naissante de l'autre, désapprouvèrent les pratiques de ceux qui se dédiaient à l'exercice
des sciences occultes ; et dans cette commune désapprobation furent englobés ceux qui
recherchaient trop mystérieusement les secrets des phénomènes naturels. Tibère bannit
d'Italie "les magiciens et les mathématiciens" ; Claude et Vitellio renouvelèrent les édits
qui proscrivaient ensemble les astrologues* et les sorciers*. En se faisant l’écho des
pontifes chrétiens, Tertulien protestait contre ceux qui cherchaient à comprendre et à
expliquer les énigmes du Livre d'Enoch, une oeuvre juive au ton apocalyptique,
composée vers le IIème siècle AEC, en leur reprochant surtout de trahir les secrets de
l'or, de l'argent ; de chercher les incantations des métaux, les propriétés magiques des
pierres précieuses, les vertus mystérieuses des plantes, les magies, etc.
Ainsi, maltraités partout, les adeptes de ces recherches cachèrent leur travail
sous des formules mystérieuses et sous des anciens symboles auxquels ils adaptèrent
des significations dont ils conservèrent jalousement la clé. Le principal de ces
emblèmes fut l'Ouroboros.
Les origines de l'Alchimie, qui se consacra plus particulièrement à l’étude
mystérieuse des métaux et des pierres merveilleuses, ont été admirablement étudiées
par le savant Marcellin Berthelot ; il dit que, considéré dans son acception générale et
2 L’étoile Khi-Iota : ultérieurement transformée en Khi-Ro et baptisé “chrisme” pour recouvrir la
Rune hagal “grêlon” ou Hag-all “Tertre Suprême” !!!
4
dans l’Alchimie, « le serpent circulaire était le gardien du temple de la Connaissance
et seulement celui qui l'avait vaincu pouvait dépasser le seuil du lieu sacré. »
En attribuant à l'Ouroboros le rôle de "gardien" de leur science cachée, les
Alchimistes faisaient à nouveau le rapprochement, déjà signalé, entre le nom de cet
emblème et le mot grec ouros, pris dans le sens de "gardien". Très probablement c’est
de là que provient la forme de l'Ouroboros utilisée en France pour de nombreux
heurtoirs ou les battants forgés ou fondus, du XVIème et surtout du XIXème siècle.
En parlant des Armes/ Blason* des Wurtenberg d'Allemagne entourées d'un
Ouroboros dragonien, dans le XVIIème siècle, de la Colombière écrivait : « Ceci
devrait s’appeler plutôt un Gardien qu’un support. »
En cela, l’Héraldique était donc d'accord avec la plus ancienne tradition.
Pratiquement, dans les théories alchimistes l'Ouroboros fut le hiéroglyphe de "la
dissolution des corps grâce à la fermentation". Il fut même l'emblème de l'élément actif
et de l'élément passif représentés l'un par la queue et l'autre par la bouche du reptile, la
première en fournissant à la deuxième, comme dans la croiyance ancienne, la
substance reconstituante. Peut-être, est-ce dans l'ambiance hermétique que fut
initialement fait un rapprochement d'ordre emblématique entre l'Ouroboros et l'Elixir
de longue vie. Sur un autre plan, le serpent circulaire fut même l'image de l'eternelle
Sagesse et de la perpétuité de son action dans le monde.
La [tardive] Kabale considère le serpent Nahash, le serpent tentateur de l'Éden,
comme "le symbole de l'Egoïsme primordial" ; mais l'Ouroboros représente encore
mieux cette mystérieuse auto-attraction, du fait que la partie la plus extrême de son
corps ne s'éloigne pas du début sinon pour revenir en un parcour circulaire et s’y fixer
: il ne sort pas lui-même.
Les occultistes modernes considèrent que l'Ouroboros marque même du
"plein" et du "vide" ; du reste, c’est pour ce motif qu'il fut toujours raccordé au
symbolisme hermétique des organes génitaux de l'homme et de la femme.
VIII - L'Ouroboros et l’emblématique chrétienne
Les auteurs du Moyen-Âge ont parlé de l'Ouroboros seulement sur un mode
absolument ésotérique ; ceux d'entre eux, comme Albert le Grand, qui s'occupèrent
d'Alchimie*, furent certainement informés, mais ils gardèrent pour eux ce qu'ils
savaient. Au XIIIème siècle, l'évêque de Mende, Guillaume Durand, dit seulement que
« avant l'invention des lettres, chez les Égyptiens il s’utilisait. On dessinait l'année de la
man!ère suivante : ils représentaient un dragon* qui se mord la queue, parce que
l'année se courbe et revient sur elle–même. Et c’est ainsi que certains le représentent
encore. »
C’est sûrement dans beaucoup de ces groupes spirituels, plus ou moins
hermétiques qui se formaient un peu partout dans le Moyen-Âge, qu’on en savait plus
long, mais leurs traces et surtout les témoignages sur leur genre de spiritualité,
d'ascétisme, leurs méthodes de pitié, leurs particulières dévotions sont devenus très
rares. Néanmoins, dans les documents comme ceux du monastère des Carmelites de
Loudun et les cahiers de l’Estoile Internelle, les uns et les autres au XVème siècle
prouvent qu'on avait alors une profonde connaissance presque disparue aujourd'hui,
des vieux symboles traditionnels pleins de très bonne nourriture spirituelle, et qu'on les
interprétait le plus souvent en groupes fermés, peut-être, mais en mode parfaitement
orthodoxe.
Dans ceCs ahiers de l’Estoile Internelle, l'Ouroboros inclut le mono-gramme
5
gothique du nom IHesuS, réduit aux seules lettres IHS, et au-dessus du nom sacré
dominent les trois croix du Golgota. Le serpent fermé se présente ici avec sa vieille
signification d'emblème de perpétuité. De la perpétuelle efficacité du sacrifice
rédempteur qui évoque soit le nom de la Victime divine, soit de l'image de l'échafaud
salvateur qui fut le moyen du sacrifice. À titre d'attribut, l'Ouroboros ajoute ici, au
souvenir de la Redempion, l'affirmation de l'eternelle perpétuité de ses effets. Il s'agit
de l'évocation du Redempteur qui a sauvé, qui sauve et qui sauvera toutes les âmes de
bonne volonté, du Redempteur « qui étaient hier, qui est aujourd'hui, qui sera dans
tous les siècles, Christus heri, et hodie, ipse et en secula. » [ndt 3]
Au XVIème siècle l'Ouroboros représenta quelquefois la perpétuité de la vie
future, et sans doute c’est vraiment dans cette signification que Jean Juste le sculpta
deux fois sur la très belle tombe de marbre de l'Amiral Gouffier de Bonnivet dans la
collégiale d'Oiron.
Dans ce même siècle, Jehan Frellon, en prenant le serpent comme emblème de
la Terre, le plaça dans un cadre ovale dans lequel il plaça le bourdon et le Crabe/
Cancer comme images de l'Air et de l'Eau, en réunissant ainsi les figures des trois
milieux vitaux des êtres du monde..
D a n s des ex-libris hermétiques - et pas maçonniques - du XVIIème siècle,
l'Ouroboros encadre sur le tronc de l'Arbre de Vie l'image du Pélican que resuscite ses
petits par l'ablution de son sang qui semble vraiment être l'emblème du Sauveur ; et le
serpent circulaire témoigne et affirme que sa miséricordieuse compassion continuera
toujours.
S u r un panneau de bois peint, du XVIII siècle, l'Ouroboros ceint le tête du
Phénix entourée des marques alchimiques du soufre. Ici les deux emblèmes, le reptile
et l’oiseau mytologique ont, dans leur lointain passé, deux privilèges très voisins l'un de
l'autre : l'un rénove sa vie avec sa substance même et l'autre renaît de ses cendres ;
tous deux sont perpétuellement vivants. Le Christ fait de même puisqu'il est l’auteur
de sa résurrection personnelle, et saint Paule nous dit alors : « le Christ, est ressuscité
des morts, il ne meurt plus. » Le projet du monogramme de Jésus Christ posé à
l'intérieur de l'Ouroboros comme "symbole de son éternelle domination" s'est réalisé.
En réalité, le monogramme sacré dans cette composition joue le rôle du moyeu
et des rayons d'une roue*, dans laquelle l'Ouroboros se substitue au bandage sur lequel
se fait la course de la roue : nous aurions donc ici plus exactement l'emblème de la
perpétuité de l'action du Christ dans le temps, avec les deux idées communes à
l'Ouroboros et à la roue, perpétuité et mouvement, dans lequel la fin équivaut ici à
l'action. .
L 'a r t du bijou s'est quelquefois servi de l'image de l'Ouroboros. Un bracelet
d'enfant de ce modèle, fait de mailles métalliques jaunes et marrons, a été retrouvé
dans une des nécropoles franque de Vaillt (Aisne). On se rappelle même d'une des
fibules en argent, du XVIII siècle ; et même d'un bel anneau porté par Paul Amigues
de Tolosa. Fibule et anneau voulaient peut-être symboliser la perpétuité dûe à la fidélité
conjugale. Même dans le blason* nobiliare ou religieux, l'Ouroboros représente
presque toujours une idée de continuité perpétuelle.
Les Armes de Mgr De Chamon, évêque de Saint-Claude de 1832 à 1851
(Armes qui furent aussi celles de sa famille) portent : "D’Azur à l'Ancre traversée
d'une flèche, à la Haste (lance) frettée, entourée d'un Ouroboros, le tout d’Argent".
3 Nrt : jolie tirade pour une laborieuse récupération du… calendrier annuel !…
6
Ces armes expriment une invincible et eternelle espoir de la Grâce du Haut, très
souvent représentée dans la Symbolique chrétienne par la lance ou les flèches qui
descendent du ciel, jetées par la main divine. [4]
E n 1914 à Coutances, sur un coffre du XVII siècle, décoré avec des seggetti
religieux peints, j'ai remarqué un Ouroboros dont le cercle est traversé d'une flèche
verticale qui tombe du ciel : s'agit-il encore de la grâce divine et de sa perpétuelle
descente sur notre monde ? [id.]
P e ndant la Révolution Française, l'Ouroboros est apparu quelquefois avec des
attributs qui glorifiaient les “idées nouvelles”. Il semble représenter simplement la
perpeuité des "immortels principes", sans qu’une quelconque idée de cycle ou de
phase ait justifié son emploi !
IX - L'emblème trinitaire
Il me semble qu'on peut sûrement voir unsy mbole* de la Trinité [5] dans les
trois Ouroboros que quelquefois on trouve bouclés (dont les cercles sont entrelacés)
selon ce qui en Symbolique est appelé le Scutum fidei.
Ancienne image de la perpétuelle durée, l'Ouroboros ainsi triplé dans un unique
ensemble convient en effet mieux que trois cercles simples pour représenter ces trois
Éternels distincts qui font un unique Être. L'exemple que je reproduis ici [6] d’une
peinture italienne, m'a été fourni par le Père Leon de Lione, conservateur du Musée
Fransiscain de Rome (1926).
Bien que les serpents circulaires ne vous inreccino pas, il n'y aurait rien de
surprenant à remarquer que le même symbolisme trinitaire a été présent dans la
composition des armes des Lauzon du Poitou, qui sont : D’Azur à trois serpents
d'argent qui se mordent la queue, posés deux et un.
X - L'Ouroboros, emblème de l’initié*
Dans le Moyen-Âge, toute la vie sociale fut établie sur un escalier ascendant par
degrés parfois discrètement voilés : la Chevalerie, les Ordres monastiques, les
Corporations artisanales, les Confraternite de tous genres, les Universités, même le
vagabondage furent constitués sur les modèles identiques que les temps plus anciens
avaient indiqué à leurs fondateurs. Le même Sacerdoce n'est peut-être pas venu du
berceau de l'Église* avec ses commandements mineurs et ses commandements
majeurs qui aboutissent à l'Episcopat, terme final du sacrement des Ordres ?
Avant le XIIIème siècle l'hermétisme fit de l'Ouroboros, avec une opportunité
peut-être contestable, l'emblème des stades suivants qui aboutissent dans la dignité
episcopale, c’est à dire dans la perfection du sacerdoce. Ce que les auteurs
ecclésiastiques ne disent alors pas à cette intention, nous le trouvons dans un manuscrit
alchimique : « Le prêtre, avant tout homme de bronze, a changé de couleur et de
nature en devenant prêtre et il est devenu un homme d'argent ; peu de temps après,
tu le trouveras changé en homme d'or. »
4 Blasons : cf. dans l’art. de ce nom, une tentative de décryptage “nordique” qui décoiffe quelque
peu (§ Meubles étranges : les Nalecs-Lis)…
5 Trinité : héritière dégradée et fort confuse de la Trifonctionnalité* des Indo-Européens* et donc
de leurs Trinêtres symboliques…
6 ici : cf. les site www.alchemica.it/…
7
D'autre part, dans les mêmes milieux l'Ouroboros fut le Symbole des
révélations successives de la Science, de la Connaissance réservée à l'Élite, et du silence
qu'il s'impose au début du fait que, en se repliant mystérieusement en cercle fermé,
l'Ouroboros se ferme tout seul et même avec sa bouche. C’est probablement en ce
sens que dans le XVIIèmr siècle le célèbre imprimeur et éditeur Sebastien Mable-
Cramoisy, était peut-être des grands confrères de l'Agla, entouré d’une manière
magnifique avec l'Ouroboros, sa marque commerciale.
En voyant dans l'Ouroboros seulement "le symbole de la grande initiation
satanique", Ch. Micouleau eut vraiment une vue courte, vu qu’il fut le symbole de
toutes les intiations menants par progression à des étapes suivantes. Nous remarquons
que l'Ouroboros n'apparaît pas dans les décorations liturgiques d'une cérémonie
satanique décrite récemment par Louatron, dans un opuscule assez énigmatique.
De Gassicourt et du Roure de Paulin disent que le Franc-maçonnerie*
représente souvent l'Ouroboros avec la tête penchée. Avec ceci, je ne sais pas ce
qu'elle veut exprimer à ceux qui ont la clé de ses secrets mais, d'habitude, le
renversement des emblèmes est défavorable au sujet représenté par l'emblème versé.
XI - L'Ouroboros, emblème du judaïsme actuel ?
Les “Revue Internationale des Societe secrètes” souligne que les Protocoles de
Sion font de l'Ouroboros l'emblème des projets de domination européenne de la part
des hautes sphères israélites. En effet, ils disent : « encore une brève distance à
dépasser, et le cercle du serpent symbolique - la marque de notre peuple - sera
complet. Lorsque ce cercle sera fermé, il entourera tous les États de l'Europe comme
des chaînes indestructibles. »
Il faut ajouter que l'authenticité des Protocoles de Sion ne semble pas être
indiscutable et que quelques personnalités catholiques la contestent. Mais l'Ouroboros
et "le sceau de Salomon", qui furent et restent les emblèmes certains du Rédempteur,
ont été trop présentés comme symboles essentiellement hébraïques pour ne pas parler
de ces interprétations appliquées à l'Ouroboros. »»
C et article, qui parut en français en son temps, est donné en italien par le site /
www.alchemica.it. Sa re-traduction en français peut évidemment présenter quelques
différences sémantiques et grammaticales avec l’original…
8

_________________
il y a toujours du mystère autour de nous .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paranormal-45.1fr1.net
 
L' Ouroboros
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'OUROBOROS
» Le symbolisme de l'Ouroboros, "le serpent qui se mord la queue"
» Ouroboros Synthèse inédite de nos religions et légendes
» retour vers le futur ?
» [Fiche] Focalor / Lucifugé Rofocale / Lucifuge

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
paranormal-45 :: L'alchimie-
Sauter vers: